[Tag] Alphabet des films asiatiques

Alphabet des films asiatiques

Dans la lancée de l’alphabet des dramas, Jodie (du « Coin de Jodie ») et moi avons décidé de faire un « Alphabet des films asiatiques » (le sien est ici).
Le principe est simple : 1 lettre = 1 film. Et pour éviter d’avoir trop de trous, et pour tricher un peu car j’avais plusieurs films « coups de cœur » pour une même lettre 😀 j’utilise des jokers grâce auxquels je peux mettre un film qui ne commence pas par la lettre attendue.
C’est avec un grand plaisir que j’ai renoué avec les films qui avaient façonné mon amour pour le cinéma asiatique. La plupart de ceux que je vais citer, je les ai vus à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Si vous ne connaissez pas le cinéma de ces années-là, vous trouverez peut-être de quoi remplir vos listes de films à voir. En tout cas, j’espère vous donner envie d’en voir certains car ce sont vraiment de très bons films, dans des styles différents, et beaucoup sont devenus depuis des « classiques ».

1, 2, 3…

7 samouraïs – Kurosawa Akira –
1954 – Japon

7 samouraïs (les)
Dans la société médiévale japonaise, des villageois sans cesse attaqués par des bandits demandent à des Samouraïs de les défendre. Sur cette simplicité d’intrigue va se développer une histoire très riche et intense, mêlant aventure trépidante, drame social et questions philosophiques sur le sens de la vie et le sacrifice. Ce film riche est porté par un souffle épique. Je me souviens de personnages très charismatiques, de touches d’humour et de plans d’une grande beauté. Avec ce film, j’ai découvert un grand maitre du cinéma asiatique : Akira Kurosawa, mais aussi un acteur incroyable Mifune Toshirō. J’ai vu depuis plusieurs œuvres de ce cinéaste et je suis conquise à chaque fois. Les 7 Samouraïs reste toutefois mon préféré. Par contre, je vous préviens : ce film dure 3h20 (ce qui m’a surprise car je ne me souviens pas du tout de lui comme d’un film « long »).

A.

Akira – Ōtomo Katsushiro –
1988 – Japon

Akira
Ce film cyberpunk, vu quand j’avais environ 16 ans, fut une véritable claque. Il m’a fait découvrir l’univers du manga car je me suis précipitée sur les supports papier, mais aussi il a eu une grande influence dans mon goût pour les livres/films/mangas d’anticipation et d’univers post-apocalyptiques (avec Ghost in the shell et le manga Gunnm que j’ai vu/lu dans la même période). L’histoire est très riche et complexe et elle a une grande portée philosophique (d’ailleurs, je ne pense pas avoir tout compris à mon 1er visionnage, du haut de mes 16 ans, mais j’avais adoré m’être triturée le cerveau). On est plongé dans un monde cruel, violent, dérangeant et intense. Un monde très pessimiste. On est comme « fasciné » . Un film qui laisse une trace.

B.

Burning – Lee Chang Dong –
2018 – Corée

Burning
Ce film a été aussi une claque quand je l’ai vu au cinéma. J’aime les œuvres déroutantes qui se dérobent à notre compréhension, les œuvres qui me sortent de mon confort, et ce fut le cas avec ce film. Il est adapté d’une nouvelle de Murakami Haruki (Les granges brûlées) qui est l’un de mes auteurs préférés et on y retrouve sa touche : l’étrangeté qui vient pénétrer petit à petit la banalité. L’histoire simple au premier abord m’a happée et fascinée par sa complexité (à travers les thèmes de l’abandon des campagne, de l’errance et de l’ennui d’une génération qui se cherche…), par son atmosphère dérangeante et déroutante, et par le travail de photographie sublime. Je me souviens de plans superbes, notamment une scène de danse envoutante au coucher de soleil sur la musique de Miles Davis. L’ensemble de la musique instrumentale participe à cette tension oppressante mais aussi elle nous envoute. Et les acteurs sont tous incroyables. Yoo Ah In a confirmé mon amour pour lui. Il est dur de parler en quelques lignes de ce film, tellement il est riche, dur à définir et il faudrait un article pour lui seul (c’est une idée !). Pour résumer, si vous aimez être surpris, ne pas avoir une histoire lisse et ne pas avoir forcément de réponses claires dans un film, je vous conseille Burning.

C.

Chungking express – Wong Kar Wai –
1994 – Hong Kong

Chungking express
« Do you like Pineapple ? » ça va être dur de vous parler de ce film qui est mon film préféré de mon réalisateur préféré, avec mon acteur préféré (Tony Leung), mais aussi le premier film asiatique que j’ai vu au cinéma quand j’avais 17-18 ans (lors d’une rétrospective, hein, je ne suis pas si vieille ! 😉 ) C’est dire mon amour et mon attachement pour ce film ! Il était très moderne au niveau de la réalisation et du travail de la photographie (par Christopher Doyle), avec ses flous et ses accélérations, avec sa caméra à l’épaule. De nos jours, on le voit beaucoup, mais à l’époque quel choc ! Le film se partage en deux avec deux histoires et deux manières de filmer : une première partie nerveuse et une deuxième plus lente. Ici, les gens se croisent et se recroisent, le plus souvent sans se rencontrer puis ils se captent quelques instants avant de repartir. Ce ne sont pas des histoires avec un début, une fin et une intrigue. C’est plutôt comme si on captait quelques instants dans la vie de certaines personnes prises au hasard de nos errances dans un quartier de Hong Kong. La réalisation et ce côté « imparfait » des histoires donnent à l’ensemble un côté poétique, une atmosphère envoutante et sensuelle. Un film hypnotique…

D.

Dear ex – Hsieh Ying-Xuan –
2019 – Taïwan

Dear Ex
Un de mes derniers petits coups de cœur. Liu San Lian, femme blessée et excessive, dont le mari vient de mourir, va chez l’amant de ce dernier pour lui demander des compte. On suit l’histoire à travers le regard de son fils, Song Cheng Xi, qui cherche des souvenirs de son père auprès de cet homme (Jay joué par Roy Chiu). Tous les deux vont s’aider dans cette période de deuil. Et par des flashback nous apprenons peu à peu l’histoire de ce père mort, de son mariage avec Liu et de son amour pour Jay. Ce film se construit petit à petit sous nos yeux et chaque personnage acquière une belle profondeur. Il interroge des thèmes comme l’amour, l’homosexualité, la famille et le deuil. C’est une histoire très touchante et riche en émotions. Mais il y a aussi des touches d’humour. Dear ex a une belle atmosphère et cela vient en partie d’une très belle OST (notamment le morceau nostalgique « Balli« ).

E.

Epouses et concubines –
Raise the red lantern
– Zhang Yimou – 1991 – Chine

Epouses et concubines (Raise the red lantern)
C’est le premier film asiatique (hors animation) que j’ai vu, quand j’avais 16-17 ans et j’ai tout de suite été fascinée par la culture chinoise et par cette histoire dure. Dans les années 1920, une jeune fille de 19 ans est obligée d’épouser un riche seigneur de 50 ans qui a déjà 3 femmes. La concurrence est rude entre ces dernières et elles ne voient pas d’un bon œil l’arrivée de cette nouvelle femme. Chaque soir, le seigneur décide dans quelle maison il va passer la nuit et une lanterne rouge est allumée pour signifier sa présence. Les femmes usent de stratagèmes et de coups bas pour être la femme choisie. Nous plongeons dans un huit-clos intense, un monde oppressant de rivalités et de méfiance. Ce film est également magnifique dans les décors et les costumes. Gong Li est juste superbe dans le rôle de la 4ème épouse. Zhang Yimou était un réalisateur phare de ces années-là et je vous conseille vraiment ce film (ainsi que Vivre ! et The Road Home).

F.

Fallen Angels – Wong Kar Wai –
1995 – Hong Kong

Fallen Angels
On retrouve dans Fallen Angels beaucoup d’éléments cinématographiques que j’avais aimés dans Chungking Express du même réalisateur : ralentis/accélérations, personnages qui se croisent, tranche de vie, atmosphère électrique et poétique… On y retrouve la même énergie et ce mouvement bouillonnant du monde urbain. Pas étonnant en fait quand on sait que l’une des histoires qu’on suit ici était prévue pour être dans Chungking Express. Ce film évoque des « Anges déchus » du Hong Kong des années 90 : un tueur à gage, une femme qui lui sert d’agent, une jeune femmes qui veut se venger d’un amour déçu et un garçon muet qui déambule dans les rues. C’est poignant, drôle et sensuel.

G.

Ghost in the shell – Oshii Mamoru –
1995 – Japon

Ghost in the shell
Je l’ai vu peu de temps après Akira et ce fut tout autant une claque. Dans un Japon futuriste sombre, une cyborg policière est à la recherche d’un hacker mystérieux. Ce dernier lui permettra-t-il d’obtenir des réponses à ses questions existentielles ? Entre film d’action et questionnements métaphysiques, Ghost in the shell est une œuvre riche, complexe et intense. On pense au romancier Philip K. Dick et à l’adaptation d’un de ses romans (Blade Runner – tiens un autre de mes films cultes), car comme lui, Oshii interroge, à travers les réflexions d’un robot, notre propre humanité. L’OST est une pure merveille avec ses chœurs et ses percutions. La qualité du dessin est incroyable; l’animation est fluide; ce film n’a pas vieilli. Il reste l’un des chefs d’œuvre de l’animation japonaise et un incontournable.

H.

Happy together – Wong Kar Wai –
1997 – Hong Kong

Happy together
Oui, encore un Wong Kar Wai, mais promis, c’est le dernier (même si c’est à contrecœur) XD
Ce film se passe en Argentine, sur des airs de Tango, et évoque la relation intense de Lai (Tony Leung) et Ho (Leslie Cheung). Quel culot a eu Wong Kar Wai pour réaliser en 1997 cette histoire homosexuelle avec deux des plus grandes stars du cinéma hong-kongais de ces années-là ! Bravo aux acteurs aussi qui ont accepté de jouer dans ce film. Et ils le font merveilleusement bien, avec une alchimie incroyable (et un charisme ! je vous ai déjà dit que je suis amoureuse de Tony Leung depuis que j’ai 18 ans ? Et Leslie Cheung est juste magnifique aussi, hein Jodie ?). Happy together est un film fiévreux, sensuel et envoutant, d’une grande beauté photographique. [petite anecdote : Neo dans le drama thaïlandais 3 will be free a une affiche de ce film sur le mur de sa chambre]

I.

Infernals affairs – Adrew Lau –
2002 – Hong Kong

Infernal affairs
J’aurai pu mettre In the mood for love de Wong Kar Wai qui est une pure merveille mais je me suis dit que je vous avais assez vendu ce réalisateur (je pense que vous avez compris maintenant qu’il faut voir au moins un de ses films). C’est toutefois un autre film avec Tony Leung que je vous présente maintenant. Infernal Affairs est un policier intense, au scénario complexe et intelligent et aux acteurs parfaits (je vous ai déjà parlé de Tony ? et le grand Andy Lau). Deux taupes infiltrées : un flic infiltré dans la mafia et un mafieux infiltré dans la police. Qui découvrira l’autre en premier ? Cette histoire vous dit peut-être déjà quelque-chose. Normal, Martin Scorcese a repris cette histoire pour faire le très bon film Les infiltrés (que je vous conseille mais après Infernal affairs bien sûr). Le résultat est un film prenant, noir et à très grand suspens.

J. Joker

Hana-bi – Kitano Takeshi –
1997 – Japon

Hana-bi
Autre réalisateur majeur des années 1990 (et début 2000) que j’aime beaucoup : Takeshi Kitano. Hana-bi (« feux d’artifice » en japonais) est le premier film que je voyais de ce réalisateur et ce fut un gros coup de cœur. Ce que j’aime chez ce réalisateur, c’est ce mélange de violence froide et de poésie, de dureté et de tendresse, de grotesque et de sublime… Le rythme est lent, il y a peu de dialogues et beaucoup de monologues. C’est un film essentiellement contemplatif et mélancolique. Il est sublime et très touchant.

K.

Kikujiro – Kitano Takeshi –
1999 – Japon

Kikujiro
Autre petite perle de Kitano Takeshi, L’été de Kikujiro est un film très touchant. C’est l’histoire d’un petit garçon qui part à la recherche de sa mère qu’il ne connait pas, accompagné d’un vieux yakusa misanthrope. C’est simple et beau. Mais c’est aussi très drôle, proche du burlesque des films muets (Charlie Chaplin, Buster Keaton). Le tout magnifié par la musique de Joe Hisaishi (vous savez, le compositeur des films de Miyazaki, qui a aussi fait celle de Hana-bi). La relation entre les deux personnages s’apprivoisant l’un l’autre est un des points forts de ce film et nous offre des moments très touchants. Un joli road-movie poétique…

L.

Little forest – Yim Soo Rye –
2018 – Corée

Little forest
Ce film a été une pause dans ma vie active de citadine, tout comme l’héroïne qui revient dans son village après s’être « perdue » dans la grande ville. Elle retrouve les plaisirs simples de la vie à la campagne au rythme des saisons. L’histoire est simple et il ne se passe pas beaucoup de choses mais ça a suffi à m’enchanter. J’ai aimé que mes différents sens soient sollicités, j’ai aimé voir l’héroïne cuisiner les produits qu’elle avait cultivés ou trouvés dans la nature, j’ai aimé le côté contemplatif et lent et les longs plans fixes sur la nature changeante selon les saisons, j’ai aimé la voir renouer avec ses amis d’enfance. Un film plein de douceur de vivre, qui évoque aussi la transmission familiale. Un petit film doudou…

M.

Memories of murder – Bong Joo Ho –
2003 – Corée

Memories of murder
J’ai découvert le réalisateur Bong Joo Ho avec ce film, vu au cinéma. Basé sur les meurtres en série de la fin des années 80 que l’on retrouve également dans plusieurs dramas (Tunnel, Signal, Gap Dong...), Memories of murder est un polar intense, sombre et poignant. Mais comme à son habitude, Bong Joo Ho joue avec le genre et y rajoute sa patte : ce réalisme social et cet humour burlesque et déjanté qui parsèment ses œuvres. L’enquête est captivante et nous prend aux tripes, jusqu’à un final d’une intensité incroyable. J’ai adoré cette fin. La prestation des acteurs était parfaite (comme toujours chez Song Kang Ho, la muse de Bong Joo Ho). Un gros coup de cœur…

N.

Notre petite sœur – Kore-Eda Hirokazu
– 2015 – Japon

Notre petite sœur (our little sister)
C’est le premier film que j’ai vu du réalisateur Kore-Eda qui me faisait pourtant de l’œil depuis Nobody Knows que je voulais voir au cinéma en 2004. Il m’aura fallu 15 ans pour enfin découvrir ce réalisateur majeur du cinéma japonais. Notre petite sœur n’est pas son film le plus connu mais j’ai été séduite par cette histoire de sœurs. En allant aux funérailles de leur père qu’elles n’ont pas vu depuis des années, trois femmes rencontrent leur demi-sœur de 14 ans. Elles l’invitent à venir vivre chez elles. C’était une belle histoire touchante et douce, sur les liens familiaux et la sororité. C’est un film tendre et bienveillant, lumineux et frais, porté par des actrices superbes. Kore-Eda filme ici tout en délicatesse les petites choses du quotidien, faisant appel à nos sens. Un film contemplatif. J’ai eu un coup de cœur pour la maison et son jardin.

O.

L’odeur de la papaye verte –
Tran Anh Hung – 1993 – Vietnam

Odeur papaye verte (l’)
Ce film franco-vietnamien est sûrement celui de l’alphabet qui a le plus une valeur particulière pour moi. C’est le 2ème film asiatique que j’ai vu, quelques jours après Epouses et Concubines, et c’est lui qui m’a fait découvrir un réalisateur qui a eu une grande importance dans ma vie. Durant mes études en Cinéma, j’ai commencé un mémoire en Master 1 sur « les sens et les sensations » dans son œuvre. Je n’ai pas pu le terminer car il a fallu que je travaille mais ce projet reste au fond de mon cœur. Bref, tout ça pour dire que j’aime ce film d’un grand amour : il me déclenche, à chaque fois que je le vois, des frissons et il m’émeut (tout comme Cyclo et A la verticale de l’été qui constituent son triptyque sur le Vietnam). A cause de son histoire d’abord : on suit Mui, petite servante au service d’une famille riche, dans sa vie quotidienne, puis on la voit devenir femme. Mais surtout pour cette façon qu’à le réalisateur de rendre ses films sensibles et sensuels, c’est à dire de solliciter tous nos sens (même le toucher), à travers des plans sublimes et le travail sonore. Je pourrais vous parler pendant des heures de ce film (et des 2 autres), mais je suis en train de me dire qu’il faudrait plutôt que je fasse un article à part, sorte de résumé de mon année de recherche sur Tran Anh Hung. Pour faire court en attendant, je vous dirais que c’est un film délicat, subtil, reposant et contemplatif.

P.

Parasite – Bong Joo Ho –
2019 – Corée

Parasite
Mon grand coup de cœur 2019. Bong Joo Ho est vraiment un grand réalisateur. Il arrive dans chacun de ses films à se renouveler tout en gardant son style, que ce soit dans un film d’horreur (The host), un policier (Memories of murder), un drame (Mother) et ici dans ce thriller proche d’un Hitchcock ou d’un Claude chabrol. C’est un film humain, moderne, intense, dérangeant, intelligent, prenant, déroutant, déjanté, absurde… Bong Joo Ho est un spécialiste pour mélanger les genres : de la comédie burlesque au drame familial en passant par la satire sociale et le thriller. Les acteurs sont tous impeccables. Le rythme est parfait, alternant scènes intenses et scènes calmes. Dans ce « huit-clos » oppressant, la tension grimpe jusqu’au bouquet final, nous laissant lessivés…

Q. Joker

Princesse Mononoke – Miyazaki Hayao – 2000 – Japon

Mononoke
C’est mon premier Miyazaki et je l’ai vu au cinéma. Cette ode à la nature et au merveilleux fut une véritable claque ! Cette fable écologique interroge notre place dans la nature et sur ce que nous en faisons, mais sans tomber dans la morale lourde. On est loin d’un message manichéen (« les méchants humains qui détruisent la forêt et les gentils dieux de la forêt »). Nous sommes juste devant des humains qui essaient de survivre et une nature sauvage qui se protège, et entre les deux il y a Ashitaka et Mononoke. C’est beau, fort et intense. C’est l’œuvre la plus sombre et adulte de ce réalisateur, il me semble. J’étais complètement fascinée par cet univers foisonnant de divinités, par la beauté de cette forêt, par l’imaginaire poétique de Miyazaki. J’ai vu la plupart de ses autres œuvres au cinéma et je ne me lasse jamais de son univers.

R.

Ring – Nakata Hideo –
1998 – Japon

Ring
Pour moi, l’un des films d’horreur les plus efficaces. Les Japonais sont très forts pour créer une atmosphère oppressante et effrayante avec peu de moyens (je pense aussi à Kaïro de Kurosawa Kiyoshi). La scène de Sadako sortant du puits appartient maintenant à l’imaginaire collectif et beaucoup de gens la connaissent sans avoir vu le film. C’est le propre d’un film devenu culte et qui a fortement influencé le cinéma horrifique international. Avec son travail du son, des reflets et ombres mais également de tout ce qui se passe hors cadre, le réalisateur réussit à créer une tension insoutenable.

S.

Sunny – Kang Hyung Cheol –
2011 – Corée

Sunny
Une histoire d’amitié sur un air de nostalgie (les 80’s), vous vous doutez que je me suis précipitée sur ce film. Et j’ai bien fait car il était très intelligemment réalisé. On fait des allers-retours entre le présent et le passé avec ces portraits de femmes à deux époques de leur vie. Ce film parle de la place des femmes dans la société coréenne. Les couleurs très lumineuses, les scènes drôles et décalées mais aussi celles touchantes, l’atmosphère, tout cela fait que le film porte bien son nom. C’est un film riche en émotions et on en sort avec une touche de nostalgie…

T.

Tigre et dragon – Crouching tiger, Hidden dragon – Ang Lee – 2000 – Chine, Hong Kong, Taïwan et USA

Tigre et dragon (Crouching Tiger, Hidden Dragon)
Ce film avait eu un impact important à l’époque de sa sortie. Il avait rendu accessible les films traditionnels Wuxia que quelques cinéphiles amateurs de cinéma chinois connaissaient mais qui étaient inconnus du grand public, dont je faisais partie (j’avais juste vu le premier film de Tsui Hark The Butterflies murders 1979). Ce fut un gros succès public. Et ce film le méritait. Déjà par son casting : Chow Yun Fat charismatique, Michelle Yeoh sublime, Chang Chen fascinant et la jeune et prometteuse Zhang Zi Yi. Mais aussi par sa réalisation efficace avec des scènes éblouissantes de combats aériens, avec des plans, des décors et des costumes sublimes et avec une histoire romanesque intense. Cette fable poétique est un pur divertissement mais sublimé par cette réalisation magnifique. Jubilatoire !

U.

Une affaire de famille – Kore-Eda Hirokazu – 2018 – Japon

Une affaire de famille (Shoplifters)
Ce film est un petit bijou d’humanité et de sensibilité. Nous suivons une famille marginale vivant dans la précarité. Kore-Eda ne juge pas ses personnages, qu’on découvre peu à peu très attachants et touchants, tellement humains. C’est drôle et bouleversant. J’ai beaucoup pleuré. Un gros coup de cœur qui confirme mon amour pour ce réalisateur.

V.

Chihiro – Miyazaki Hayao –
2002 – Japon

Voyage de Chihiro
Deuxième film de Miyazaki que je voyais au cinéma et ce fut tout autant un coup de cœur. Tout comme pour Mononoké, j’ai été fascinée par l’univers riche, complexe et onirique de ce réalisateur. Ce conte philosophique fourmille de détails poétiques et merveilleux. C’est un véritable enchantement autant pour les enfants que pour les adultes.

W.

A Werewolf boy – Jo Sung Hee –
2015 – Corée

(A) Werewolf boy
C’est sûrement le « moins bon » film de ma liste mais il y a toute sa place ici. Il m’a énormément touchée et rien que d’y repenser, j’ai envie de pleurer. C’est une histoire douce et tendre mais aussi extrêmement poignante. Une magnifique relation se crée entre deux personnes solitaires. Si vous doutez des prestations d’acteur de Song Joong Ki, je vous conseille ce film, je pense que votre jugement changera. Il est incroyable ici, il dégage une animalité bluffante et, sans aucun mot, arrive à transmettre, par son visage mais surtout avec son regard, toute une palette d’émotions. Ce film est émouvant et touchant. Le méchant est un peu trop caricatural, la fin est un peu trop larmoyante mais c’est efficace, ce film vous serre le cœur pour ne plus vous lâcher, même longtemps après.

X. Joker

Our times – Frankie Chen –
2015 – Taïwan

Our times
Il manquait une comédie romantique légère et feel-good dans cet alphabet. Voici Our Times ! Une rom-com choupie sur fond de nostalgie, dans le milieu scolaire, avec de l’amitié, des personnages maladroits et touchants, un peu d’humour et un acteur à tomber. Ce film a tout pour me plaire au départ mais on sait très bien que ça ne fonctionne pas toujours. Mais là, la réalisation est efficace ! Le film ne tombe jamais dans la mièvrerie. Il est mignon à souhait, drôle et touchant. Les personnages sont décalés. Je suis complètement tombée amoureuse du personnage de Tsu Tai Yu (Darren Wang) ! J’ai fangirlisé avec le cameo de Andy Lau (l’acteur de Infernals affairs cité plus haut, pour ceux qui auraient du mal à resituer) Et quand le film se termine, on se sent vide. On a envie que ça se prolonge encore…

Y.

Yi yi – Edward Yang –
2000 – Taïwan

Yiyi
Il va être dur pour moi de vous parler de ce film que j’ai vu il y a 20 ans au cinéma et que je n’ai pas revu depuis. je me souviens que j’avais beaucoup aimé cette chronique familiale. Dans mon souvenir, on suit les membres de la famille à travers les yeux d’un petit garçon et de son appareil photo. Je me souviens d’un film simple, sensible et touchant, de longs plans fixes et contemplatifs. Il est bien sûr dans ma liste de films à revoir.

Z. Joker

Crazy Kung-fu – Kung-fu hustle
– Stephen Chow – 2004 – Hong Kong

Kung-Fu Hustle
J’aurai aussi pu choisir le tout aussi déjanté Shaolin soccer du même réalisateur/acteur. C’est un film mêlant action et comédie complètement barrée, à l’humour burlesque et absurde. Le réalisateur multiplie les références (film de Kung Fu, western spaghetti, Les 7 samouraïs, cartoons, comédies musicales…) comme une sorte de déclaration d’amour au Cinéma. Il n’est pas sans défauts mais si vous voulez quelque chose de très drôle, sans prise de tête et intelligemment fait, essayez Kung-Fu Hustle ou Shaolin soccer.

Bilan

J’ai vraiment aimé réaliser cet alphabet car il m’a plongé dans beaucoup de souvenirs et d’émotions (ressenties lors de mes différents visionnages). Les deux-tiers des films de ma liste sont de la fin des années 90 ou du début des années 2000. C’était une période où j’allais énormément au cinéma et où je regardais beaucoup de films. J’ai par contre un grand vide entre 2004 et 2015. Il va falloir que je comble ce manque et que je découvre les perles de cette période-là.
Le Japon est très représenté avec 10 films. Viennent ensuite la Corée (6) et Hong Kong (5), puis enfin Taïwan (3) et la Chine (2). Le petit ovni est le film Vietnamien (L’odeur de la papaye verte).
J’aurai aimé pouvoir mettre plus d’œuvres de Wong Kar Wai, de Bong Joo Ho, de Kitano ou de Miyazaki. J’aurai pu mettre également Farewell my Concubine de Chen Kaige, Shara de Naomi Kawase, The Killer de John Woo, Old Boy de Park Chan Wook ou Perfect Blue de Kon Satoshi… Mais il a fallu faire des choix. Au final, j’aime beaucoup cette liste qui représente bien mes goûts : les films contemplatifs qui font appel à nos sens, les films sur la famille et/ou sur l’amitié, les thrillers sombres et prenants, les films aux univers futuristes avec des réflexions métaphysiques, les films ovnis ou déroutants.
Je vais essayer de revoir la plupart de ces films (en tout cas les plus anciens) et j’en ferai peut-être des articles. Si vous voulez en savoir plus sur certains d’entre-eux, n’hésitez pas à en faire la demande. Ça sera une bonne opportunité et motivation pour me replonger dans leurs univers. 😉

Avez-vous vus quelques-uns de ces films ? Y a-t-il certains de vos coups de cœur parmi eux ?
Quel est l’alphabet de vos films ? N’hésitez pas à faire votre propre liste sur votre blog ou en commentaire. J’aime découvrir de nouvelles choses. ^^

16 commentaires sur « [Tag] Alphabet des films asiatiques »

  1. Merci pour cette jolie liste Aigo!
    Et pour commencer, je suis très flattée d’être citée aux côtés du très talentueux et sexy Leslie Cheung, quel grand honneur^^
    Si j’ai bien compris tu aimes la « contemplation », sans doute un peu plus que moi, mais c’est vrai qu’on peut trouver de belles choses à contempler au cinéma.
    Dans ta liste, j’ai vu :
    Tout d’abord, il y a ceux qui sont communs à nos deux listes et dont je suis évidemment remplie d’amour (Chungking express, Infernal affairs, Raise the red lantern (épouses et concubines) et Crazy kung fu, notre joker Z à toutes les deux^^)
    Et sinon :
    Les 7 samouraï. Non seulement je l’ai énormément aimé aussi, je l’ai vu et revu)
    Je ne sais plus si j’ai vu Akira, comme tu dis que c’est compliqué, j’ai dû avoir du mal à rentrer dedans à l’époque… Mais je sais que c’est un incontournable très apprécié. Il faudrait que je retente maintenant que j’ai plus de maturité… Et pareil pour Ghost in the shell d’ailleurs.
    Burning. J’ai aimé, tu cites Yoo Ah In qui est très bien, mais mon coup de coeur est allé vers Steven Yeun, il faut toujours que je me sente attirée par les « méchants » héhé. Je me souviens comme toi de la scène de danse au coucher de soleil, même si je n’ai plus la musique en tête, c’était très beau.
    Happy together. Lesliiiiiiie!! Très belle histoire et comme toi j’ai trouvé que les acteurs avaient été très courageux pour cette époque.
    Little forest. Joli film même s’il ne m’a peut-être pas autant marquée que toi. Je regrette de ne pas l’avoir vu sur grand écran lors du festival, cela aurait ajouté à mon plaisir (eh oui je susi uen grande adepte des salles obscures, pour moi c’est important)
    Memories of murder. Excellent. Cette fin ahlàlà!
    Parasite (sans blague!)
    Princesse Mononoké et Le voyage de Chihiro, les deux grands films de Miyazaki
    Ring. J’ai beaucoup aimé, même si pour moi la véritable peur ne vient qu’à la fin)
    Sunny. J’ai adoré aussi aussi l’ambiance, en plus il y a ma petite Shim Eun Kyung^^)
    Tigre et dragons. oi non plus je n’ai pas pu passer à côté de cet incontournable évidemment! C’était peut-être celui-ci mon premier film asiatique ? En tout cas au ciné je suis quasi certaine. Jamais revu depuis, cela me ferait tout drôle de le revoir aujourd’hui.
    A werewolf boy. Très bien, très bonne performance de la part de Song Joong Ki, on s’attache.
    Our times. Grâce à toi et Pomme, je l’ai vu tout récemment et j’ai passé un super moment, merci!
    J’en suis donc à plus de la moitié de ta liste héhé! Mais j’ai encore des découvertes à faire. Je connais trop mal Kitano (je n’ai vu que Zatoichi de lui) et il me tarde de le découvrir davantage. Je pense commencer par l’été de Kujikiro qui me tente bien (moi dès qu’on touche à l’enfance…). J’ai aussi très envie de découvrir le film Netflix Dear ex! Et Notre petite soeur. Et il faudrait que je termine la filmo de Wong Kar Wai. Fallen angel me tentait moins mais si tu dis qu’il est bien…
    Voilà voilà! Encore merci pour cette idée et j’ai été bien contente de te lire comme toujours.

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne peux pas éditer mais : j’ai mal écrit L’été de Kikujiro (dur comme nom lol!)
      Et j’ai oublié de citer Yi Yi et Shara de ta conclusion (j’aime beaucoup cette réalisatrice) que je souhaite voir.

      Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ton commentaire !

    Ghost in the shell est plus accessible que Akira tout en ayant autant de profondeur.

    Burning : Je te comprends, j’ai trouvé Steven Yeun très charmant et bon acteur. Mais j’ai été bluffée par le jeu de Yoo Ahn In car il contrastait complètement avec les rôles que j’avais vus dans les dramas (Chicago typewriter, Sungkyunkwan, Antique Bakery) dans lesquels il était très beau, sexy, charismatique. Là, il était « commun », « monsieur tout le monde » et ça m’a épaté qu’il soit capable de « s’effacer » pour le rôle.

    J’ai Tigre et dragon en DVD et je ne l’ai pas revu depuis que je l’avais acheté, il y a plus de 15 ans. il est dans ma liste de films à revoir.

    Kikujiro est parfait pour découvrir le style de Kitano ! (je n’ai pas vu Zaitochi, mais je pense qu’il est un peu différent de ceux que j’ai vus au niveau style).
    Fallen Angels, je l’ai beaucoup aimé car il est vraiment dans la continuité de Chungking express. Par contre, au niveau de l’atmosphère, il est plus proche de la 1ère histoire, la plus sombre (pas celle avec Tony Leung).
    Si tu ne les as pas vus, je te conseille aussi Les Cendres du temps (avec Tony) et Nos années sauvages avec Leslie – tu sais la danse !! 😉
    De Naomi Kawase, je n’ai vu que Shara mais j’aimerai en découvrir d’autres. Tu as vu quoi ?

    Comme toi je préférerai les voir au cinéma.
    ça nous fait pas mal de choses à voir, tout ça ! XD

    J'aime

    1. De Naomi Kawase j’ai vu Les délices de Tokyo que j’ai trouvé très attachante, une histoire simple et émouvante avec des personnages attachants. Mais je te previens ce film donne très faim, on a très envie de manger des doroyakis en le regardant !
      J’ai aussi vu Vers la lumière sur un sujet que l’on n’a pas l’habitude de voir traité : l’expérience du cinéma par les aveugles, c’est très intéressant
      J’ai aussi vu Still the water mais j’ai moins de souvenirs, je ne peux pas trop en parler… Dans mon souvenir c’est lent et contemplatif ça devrait te plaire lol

      Aimé par 1 personne

      1. Les délices de Tokyo, j’ai lu le livre que j’avais beaucoup aimé; le film est dans ma DVDthèque. Ce sera sûrement pour cette année. Still the water est dans le haut de ma liste de films à voir, j’ai senti le potentiel XD
        je note Vers la lumière.

        J'aime

  3. J’ai vu Yoo Ah In dans beaucoup de choses, donc je n’ai pas été marquée autant que toi dans Burning même s’il est très bien.

    Et oui Leslie est un argument de poids! Maintenant je me souviens que j’ai vu Nos années sauvages, il y a longtemps. A revoir!

    Aimé par 1 personne

    1. c’est bête que je n’habite pas à côté de chez toi, j’aurais plein de DVD à te prêter, dont tous les Wong kar wai 😉
      Nos années sauvages n’est pas mon préféré mais j’avais quand même aimé. Mais je ne l’ai pas revu depuis très longtemps, donc à revoir pour moi aussi.

      J'aime

    1. Merci ! ❤️
      je suis contente que tu ais trouvé ton bonheur.
      je suis désolée, je te réponds tard, mais comme je te l’avais dit sur twitter, je suis contente que tu ais fait le tien. Et je vais aller le commenter dès que j’ai répondu aux commentaires ici. 🙂

      J'aime

  4. C’est diversifié en effet ! Je ne connaissais pas quelques titres que je note et certains étaient déjà dans ma wish (surtout les japonais sur les famille).
    J’ai vu : Ghost in the shell, Little forest, Princesse Mononoke, Sunny, Le voyage de Chihiro et Our times.

    Aimé par 1 personne

  5. Super idée, j’aimerai beaucoup reprendre l’idée de l’article si ça dérange pas ! 🙂

    Akira je l’ai vu ill y a très longtemps, j’étais adolescente je crois, t il m’avait pas tant marqué que ça, après j’aimerai bien le voir avec un point de vue d’adulte, peut être que mon avis changera 🙂

    Memories of Murder a vraiment eu beaucoup d’éloges, il faut absolument que je le vois un jour !

    Contrairement à beaucoup de personne je n’ai pas eu de coup de coeur pour Parasite même si je trovue que c’est un bon film. J’ai adoré la première partie, mais j’ai oins été fan de la deuxième que j’ai trouvé longue et prévisible. Ceci étant dit, j’ai adoré le casting, les acteurs et actrices sont vraiment excellents !

    Tu as très bien résumé Princesse Mononoke c’est un chef d’oeuvre ! Je ne me lasse pas de le revoir, la preuve, je me e fait chaque année haha !

    Ring ou un de mes films d’horreur préféré ! J’avais découvert l’histoire à travers le remake américain mais j’ai bien plus aimé l’original. Ca me rappelle que j’adorais imité Sadako étant plus jeune en mettant mes cheveux devant mon visage, tout ça pour effrayer ma soeur. Et du coup aujourd’hui, elle a toujours peur de revoir le film xD (quel mauvaise grande soeur je fais xD).

    Le Voyage de Chihiro je ne l’ai vu qu’une fois et c’était ya très longtemps. Pas le ghibli qui m’a le plus marque mais j’aimerai tout de même le revoir un jour 🙂

    A Werewolf boy m’a un peu déçu, je m’attendais à mieux au vue des critiques. Mais ça reste une belle histoire.

    Chouette article en tout cas, j’ai vraiment pris plaisir à te lire, surtout que tu as une très belle plume !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire ❤️
      Bien sûr que tu peux reprendre l’idée, c’est fait pour ! ^^ je serai ravie de connaître tes films préférés et d’agrandir ma liste de découvertes (elle est trop petite XD )

      Princesse Mononoké est mon Miyazaki préféré et Le château ambulant ensuite (si je me souviens bien : toi c’est l’inverse). j’ai mis le voyage de Chihiro car je devais remplir le V, mais ce n’est pas mon préféré non plus, mais il garde cette magie et cette poésie qui m’enchantent à chaque fois que je vois un film de ce réalisateur.

      Je peux comprendre pour Parasite et tu ne dois pas être la seule.

      Ta pauvre sœur ! XD Sadako est vraiment flippante. J’ai vu la version américaine après et elle n’arrivait pas recréer cette atmosphère si angoissante. Il ne m’a pas paru mauvais mais je l’ai trouvé fade !

      Werewolf je comprends. C’est d’ailleurs celui de ma liste que j’aime le moins et que j’aurai pu ne pas mettre sans regrets.

      Merci encore ! et vivement ton alphabet ! 😀

      J'aime

Répondre à bo0ya Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s